De winkel te Hansbeke is op zaterdag 11 november GESLOTEN, vrijdagavond 10 november open tot 18:30 uur !

Basiskennis


Introduction

Nourrir un cheval ne se limite pas à lui donner suffisamment de fourrage, d'eau et d'aliments concentrés. Il doit être nourri selon ses besoins. Autrement dit, la ration doit être adaptée lorsque le cheval doit effectuer plus ou moins de mouvement et lorsqu'une partie des aliments doit être affectée au développement d'un poulain.
Ce 'cours' tente de vous expliciter ces différents aspects de la nutrition d'une manière simple mais complète. Nous traiterons des besoins nutritionnels du cheval ainsi que de quelques méthodes permettant de satisfaire ces besoins.
Pour bien comprendre la digestion chez le cheval, il faut avoir une image correcte de son système digestif. C'est le premier chapitre du cours.

Le système digestif

Le cheval appartient à la catégorie des herbivores. Les herbivores doivent pouvoir digérer les structures fibreuses d'herbes, de céréales et autres. Ils disposent donc d'un système digestif adapté. Le système digestif du cheval se caractérise par un intestin très développé et un estomac de taille relativement réduite.


Absorption

Les lèvres jouent un rôle très important dans l'absorption des aliments. En utilisant très judicieusement ses lèvres, le cheval peut absorber sa nourriture de manière sélective. Cela est manifeste lorsqu'on mélange un granulé de vermifugation dans le concentré, par exemple. Le cheval laissera pratiquement tout le concentré dans la mangeoire. Le cheval peut ainsi détecter facilement les plantes toxiques ou moins appétissantes et n'arracher que l'herbe qui lui convient.
Contrairement aux bovidés, le cheval coupe l'herbe avec ses dents. Résultat: nombre de prairies où se trouvent des chevaux ont une herbe trop courte, souvent coupée sous le plateau de tallage, qui de ce fait repoussera moins vite.

Mastication

Après avoir été absorbé, l'aliment doit être bien mastiqué. Pour ce faire, le cheval fait glisser les mâchoires supérieure et inférieure l'une sur l'autre de sorte à broyer la nourriture. Le cheval ne peut mastiquer que d'un seul côté à la fois vu que la mâchoire inférieure est plus étroite que la mâchoire supérieure. Des problèmes de mastication peuvent se manifester par la présence d'aspérités sur les dents (surdents) chez les chevaux d'un certain âge, lorsque la denture se renouvelle, ... Afin d'éviter la formation de surdents, il est important de donner suffisamment de fourrage. Sinon il y a risque d'usure irrégulière des dents, ce qui entraîne la formation de surdents.

Plus l'aliment contient de structure, plus la durée de mastication sera longue pour une même quantité d'aliment et la salivation en sera d'autant plus intense. Ces deux éléments facilitent la digestion et assure un transit plus régulier vers l'estomac.
La salivation est un élément basique qui a pour effet d'atténuer l'acidité à l'entrée de l'estomac, sans quoi toutes les bactéries seraient tuées par le milieu trop acide. Ces bactéries assurent la fermentation des hydrates de carbone.
Donner suffisamment d'eau potable est important pour la salivation. Un cheval qui ne dispose pas d'eau en suffisance produira moins de salive.
Servir la ration alimentaire à des moments fixes présente l'avantage de faire saliver le cheval avant qu'il ne reçoive sa ration. Ceci favorise la digestion.

L'estomac

La bouche est reliée à l'estomac par l’œsophage. Les aliments qui aboutissent dans l'estomac, passent d'abord par la partie alcaline de cet organe. Les hydrates de carbone facilement digestibles y sont digérés par les bactéries et les enzymes. Les protéines et les graisses sont digérées dans la seconde partie de l'estomac, le proventricule. Cette partie de l'estomac est un milieu acide (HCL) qui tue complètement les bactéries de la partie alcaline de l'estomac. Un problème éventuel d'estomac, les ulcères gastriques, peut provenir du fait que l'estomac continue de produire des acides alors qu'il est vide. Un degré d'acidité excessif peut causer ces ulcères. Faire en sorte que le cheval dispose en permanence de fourrage permet d'éviter ce problème. Vu la taille réduite de l'estomac, il est conseillé de fractionner la ration quotidienne en plusieurs petites rations. Servir de trop grandes quantités en une fois peut causer de graves problèmes gastriques (la colique flatulente par exemple).


Lors de la digestion, estomac et intestins reçoivent un apport supplémentaire de sang. Ce sang est soustrait en partie aux parties moins actives du corps. Si le cheval doit travailler immédiatement après un repas, le sang manquera pour la digestion. La digestion sera dès lors plus lente et l'estomac prendra plus de temps à se vider. Il s'ensuit que le gaz formé à l'entrée de l'estomac ne peut s'échapper suffisamment rapidement par l'intestin, ce qui peut entraîner la colique flatulente.

L'intestin grêle

Dans l'intestin grêle les particules alimentaires sont digérées par la sécrétion de bile (foie), les sucs intestinaux et pancréatiques. Une grande partie des nutriments passe dans le sang. Si toutes les bactéries n'ont pas été éliminées dans la partie acide de l'estomac, une fermentation aura lieu dans l'intestin grêle. Ceci peut provoquer la colique flatulente.

Le côlon

Dans le cæcum la cellulose brute est digérée par des micro-organismes. Cette digestion libère des acides gras volatils qui servent d'énergie à l'organisme. De plus, ces micro-organismes forment nombre de vitamines hydrosolubles. Si le cheval absorbe trop peu de fourrage, la quantité de micro-organismes dans le cæcum diminuera ce qui réduira les effets positifs de ces organismes. Dans la partie arrière du côlon se produit une résorption d'eau, de sels et autres substances nutritives de sorte qu'il ne reste que des substances non digestibles. Ces dernières quittent le corps du cheval par le rectum et l'anus. Des excréments qui ne sont pas suffisamment fermes indiquent souvent un transit trop rapide des aliments dans le système digestif. Ceci est dû à l'insuffisance de cellulose brute dans la ration. Des excréments malodorants peuvent être le symptôme de troubles du tractus gastro-intestinal.

Elements nutritifs

Protéines

Les protéines sont très importantes pour le développement du fœtus chez les juments gestantes. Le lait que produit la jument lui aussi soustrait une part considérable de protéines au corps de la jument. Pour le développement de leurs muscles et de leur squelette, les jeunes chevaux requièrent une ration avec une plus haute teneur en protéines. Les protéines sont constituées d'acides aminés. La valeur de la source de protéines est déterminée par le modèle et la digestibilité des acides aminés constitutifs. On fait une distinction entre les acides aminés essentiels et non-essentiels. Les acides aminés essentiels ne sont pas produits dans le corps du cheval et doivent donc être fournis par l'alimentation. L'alimentation du cheval contient souvent trop peu d'acides aminés essentiels tels que la lysine, la méthionine et le tryptophane. Ces acides aminés se trouvent par exemple dans le soja, la poudre de lait... Ce qui fait de ces nutriments de précieuses sources de protéines.
Un excès de protéines ne peut constituer des réserves. C'est pourquoi il est converti en énergie. Ainsi se forme de l'urée qui est évacuée par l'urine.
Les chevaux de sport n'ont pas un besoin croissant en protéines. On pèche souvent contre cette règle, avec pour conséquence, une surcharge des reins et du foie. Les chevaux transpirent trop rapidement (écume blanche) et urinent excessivement. Les symptômes possibles sont jambes gonflées, rythme cardiaque accéléré, éruption cutanée...
Les poulains ont besoin d'une plus haute teneur en protéines de haute qualité biologique vu que leur gros intestin n'est pas développé et qu'il se forme peu de protéines monocellulaires de haute qualité.

Graisses

Les graisses sont surtout importantes en tant que source d'énergie, de chaleur. Elles assurent une meilleure condition et sont porteuses de vitamines hydrosolubles.
Les acides gras poly-insaturés se retrouvent entre autres dans l'huile de soja, l'huile de maïs et l'huile de lin. Ces acides gras contribuent au développement et à l'entretien d'une robe lustrée. Un apport supplémentaire de graisses accroît l'endurance lors d'activités aérobics vu qu'il a pour effet de moins solliciter le glycogène.
Le cheval peut utiliser jusqu'à 16% de graisse de la ration. Des teneurs supérieures à 20% abaissent la digestibilité et sont ainsi cause de diarrhée.
Une teneur en graisse supérieure a aussi pour effet de réduire l'appétence de l'aliment.

Hydrates de carbone

Les hydrates de carbone sont la principale source d'énergie du cheval. Hydrate de carbone est la dénomination collective attribuée aux sucres, amidon (dans les céréales) et à la cellulose difficilement digestible (cellulose brute dans la paroi cellulaire des cellules végétales).
Un excès d'hydrates de carbone dans la ration provoque une fermentation d'acide lactique dans le côlon, phénomène plus communément appelé brûlure des intestins. Les sucres abondent par exemple dans les betteraves sucrières et fourragères. Ils sont transformés dans l'intestin grêle en glucose et fructose assimilables.
L'amidon est transformé dans l'intestin grêle en glucose. L'amidon dans l'avoine et l'orge est plus digestible que l'amidon dans le maïs et les pommes de terre crues.
La cellulose brute se trouve principalement dans la plupart des plantes fourragère à tiges (herbe, foin, paille...). Cette cellulose brute aboutit presque intégralement dans le côlon pour y être digérée par les micro-organismes.
Dans le cas de grandes quantités de sucres et d'amidon, la quantité emmagasinée de glycogène musculaire peut devenir si grande qu'une quantité dangereuse d'acide lactique est libérée dans le cas d'un catabolisme aérobique. Ce phénomène s'appelle la maladie du lundi.
Afin de prévenir la raideur musculaire on peut servir de la diméthylglycine ou du bicarbonate de sodium au cheval.

Minéraux

Calcium et phosphore

Le calcium est un minéral important pour la formation des os, les contractions musculaires et la régulation de certaines fonctions cellulaires.
Le phosphore est lui aussi nécessaire à la formation osseuse. Il est aussi présent dans les liaisons riches en énergie (ATP), les protéines et les phospholipides.
Le rapport calcium/phosphore est surtout important pour la nutrition du cheval. Le rapport optimum se situe entre 1,4 et 2. En cas de carence de calcium relatif (ou d'excès de phosphore), les os libèrent du calcium ce qui entraîne des anomalies osseuses (décalcification osseuse).
La vitamine D veille à ce que calcium et phosphore soient absorbés par le biais de la paroi intestinale. Un manque de vitamine D, de calcium ou de phosphore peut causer le rachitisme. Cette maladie se caractérise par une formation insuffisante de cartilage. De ce fait l'ossature grossit surtout au niveau des articulations.
Les papilionacées telles que le trèfle et la luzerne sont riches en calcium.

Potassium, sodium et chlore

Ces minéraux sont des électrolytes. Ils sont évacués du corps par le biais de la transpiration. Il s'ensuit un besoin accru en électrolytes en cas de transpiration abondante. Le besoin en sel (NaCl) peut varier considérablement. La solution la plus simple consiste à mettre un bloc à lécher dans l'écurie. Si le cheval mord dans le bloc de sel, ce dernier doit être enlevé immédiatement.
L'apport de potassium par le biais de l'alimentation est généralement excédentaire. Par contre la teneur en sodium est souvent trop faible. Un manque de sel peut être la cause d'un appétit moindre, d'une robe moins lisse, d'une production laitière réduite, d'une fécondité moindre, de moins bonnes prestations,...

Magnésium

Le magnésium est un élément important pour le bon fonctionnement des tissus cérébraux et musculaires. Un manque de magnésium peut être cause de stress.
Cette carence se présente rarement; un supplément de Mg peut être envisagé seulement pour les chevaux de sport. La digestibilité du magnésium baisse lorsqu'on donne des rations riches en graisses. On trouve le magnésium dans le foin de luzerne, les céréales et les sous-produits des céréales.

Oligo-éléments

Le sélénium exerce un effet protecteur sur les cellules et sur la vitamine E. Le besoin en sélénium augmente lorsqu'il y a surproduction d'acide lactique, lorsque l'alimentation a une teneur trop élevée en acides gras poly-insaturés et lors d'efforts accrus. Un excès de sélénium est aussi grave qu'une carence (symptômes: chute de crins, difficultés de se déplacer, de garder la station debout; déformations des sabots).
Le fer joue un rôle important dans le transport d'oxygène et est un composant de bon nombre d'enzymes. Une carence en fer se manifeste plus souvent lors de la présence de strongylides (vers du sang) due à un plus grand besoin en oxygène lors d'efforts. Le fer se trouve dans un grand nombre de matières de base mais est souvent difficilement assimilable. Des sols acides font que le cheval absorbe trop de manganèse (Mn) causant une moins bonne absorption du fer. Ce phénomène se nomme aussi antagonisme.
Le cuivre est un composant d'un certain nombre d'enzymes requis pour la formation d'élastine, de collagène et d'hémoglobine. Une carence en cuivre peut provoquer l'anémie et une décoloration ponctuelle du pelage.
Le cobalt est nécessaire aux bactéries intestinales pour synthétiser la vitamine B12.
Le manganèse est un élément important pour la formation et la croissance osseuse. Il est aussi requis pour une fécondité optimum (développement des ovaires). Les carences en manganèse ne sont pas fréquentes. Un excès de manganèse quant à lui entraîne une carence secondaire en fer.
Le zinc est indispensable à la formation d'une belle robe lustrée. Une carence en zinc peut être la cause de déficiences aux sabots. Le zinc contribue à désagréger l'acide lactique et améliore la résistance à la fatigue.
L'iode est un élément de la glande thyroïde. Un manque d'iode ralentit la mue et provoque des oedèmes aux jambes.

Besoins journaliers
Chevaux de 500 kg
Entretien
Travail
Gestation
Lactation
Croissance
Etalon reproducteur
Calcium (g)
30
40
35
63
75
30
Phosphore (g)
20
30
25
40
45
20
Sodium (g)
8
25*
10
10
8
8
Potassium (g)
30
40*
30
35
25
30
Chlore (g)
30
40*
30
35
25
30
Magnésium (g)
6.5
10
8
10
10
8
Cuivre (mg)
160
200
250
300
250
200
Fer (mg)
200
300
300
350
300
250
Zink (mg)
500
600
750
950
750
600
Sélénium (mg)
1
1.5
1
1
1
1
Iode (mg)
1
1
1
1
1
1
Manganèse(mg)
500
600
750
900
750
600
Cobalt (mg)
0.5
0.5
0.5
0.5
0.5
-
Sel (NaCl)
30
100*
30
40
25
30

Vitamines

Les vitamines sont des liaisons organiques nécessaires en quantités infinitésimales au métabolisme du cheval. En cas de carence, certaines réactions seront entravées voire bloquées et des symptômes visibles de maladies peuvent apparaître.
Les chevaux de sport ont besoin de doses de vitamines supérieures à celles de chevaux au repos. Ceci est dû au stress qui les affecte souvent. De ce fait ils absorbent davantage d'eau et plus de vitamines se perdent par le biais de la transpiration et de l'urine.
Les vitamines se subdivisent en deux grands groupes: les liposolubles et les hydrosolubles.

Vitamines liposolubles

En ce qui concerne leur absorption, les vitamines liposolubles dépendent fortement de la digestibilité de l'aliment. En cas d'excès ces vitamines sont emmagasinées dans le corps de sorte que l'animal puisse puiser dans ces réserves en cas de carence.

Toutefois, en cas d'excédent, l'évacuation est insuffisante et peut causer une intoxication. Les symptômes sont identiques à ceux d'une carence.

La vitamine A exerce ses effets sur la croissance, l'appétit, les membranes, les tissus cutanés et muqueux et la respiration.

Elle empêche les affections aux tendons, les déformations osseuses, l'héméralopie et les infections. Une carence en vitamine A peut provoquer des troubles de fécondité. Le corps est à même de convertir le carotène présent dans les fourrages verts frais, le maïs et les carottes en vitamine A. Lors de l'ensilage ou de la fenaison, la teneur en carotène baisse considérablement. En plus de la vitamine A, les juments ont besoin de bétacarotène pour le bon fonctionnement des ovaires. Ceci peut être la cause de chaleurs silencieuses ou moins manifestes.

La vitamine D3 stimule l'absorption de Ca et de P et prévient ainsi les problèmes osseux tels que os courbés, grosses articulations, formation insuffisante de corne aux sabots et une croissance amoindrie. Un excès entraîne la calcification des parties fragiles du corps telles que le cœur, les vaisseaux sanguins et le foie. La plupart des chevaux dispose de vitamine D3 en suffisance. La vitamine D3 est synthétisée sous la peau en été à partir des rayons du soleil; en hiver, le foin séché au soleil en assure l'apport nécessaire. Un surdosage peut entraîner la calcification des vaisseaux sanguins.

La vitamine E protège les membranes cellulaires, prévient les problèmes musculaires et augmente l'absorption d'oxygène dans le sang de manière à récupérer plus rapidement après de lourds efforts. Les besoins en vitamine E augmentent lorsque la ration contient plus de graisses insaturées (la vitamine E empêche le rancissement des graisses) et lorsque l'animal effectue un travail plus intense. Les fourrages verts et les céréales contiennent une quantité relativement élevée de vitamine E. Un foin de plus d'un an ou une avoine aplatie stockée trop longtemps se caractérise par une teneur en vitamine E considérablement réduite. Une carence en vitamine E se traduit par une baisse des prestations et de la fécondité du cheval.

Vitamines hydrosolubles

On ne trouve pas de réserves de vitamines hydrosolubles dans le corps. En cas d'excès elles quittent le corps par l'urine de sorte qu'il ne peut y avoir d'excès. Les vitamines B sont synthétisées par les micro-organismes dans le côlon, mais cette quantité est bien insuffisante pour les chevaux de sport. Il faut donc combler cette carence par le biais de l'alimentation. Certainement les jeunes chevaux et les poulains doivent recevoir un supplément suffisant de vitamines du fait que le cæcum et le côlon ne sont pas encore assez développés.

La vitamine B1 ou thiamine est essentielle pour l'utilisation d'hydrates de carbones et empêche la formation d'acide lactique. La vitamine B1 est parfois administrée en dose élevée en tant que calmant et serait un moyen pour lutter contre le cornage.

La vitamine B2 ou riboflavine est importante pour l'exploitation des nutriments de la ration, le fonctionnement du système nerveux et les métabolismes des protéines et des graisses. La vitamine B2 active la désagrégation de l'acide lactique. Les carences sont rares.

La vitamine B3 ou acide panthoténique intervient dans le métabolisme des protéines, des graisses et des hydrates de carbone. Elle est essentielle pour la croissance de nombre de micro-organismes et donc pour une bonne flore intestinale.

La vitamine B6 ou pyridoxine intervient dans la formation des globules rouges et dans certaines réactions avec des acides aminés.

La vitamine B12 ou cyanocobalamine est souvent administrée en grande quantité aux chevaux de sport du fait qu'elle accroît le transport d'oxygène dans le sang et améliore ainsi leur endurance.

La vitamine B15 ou acide pangamique n'est pas encore bien connue en Europe. Elle est fréquemment administrée aux chevaux de l'équipe “USA Equestrian Team” sous recommandation du docteur Robert Atkins. Elle accroît l'absorption d'oxygène dans le sang et dans les muscles, améliorant ainsi l'endurance et la condition physique de l'animal.

La vitamine M (acide folique) est essentielle pour la formation de globules rouges. L'adjonction d'autres constituants tels que le fer, la vitamine B12, … n'a guère de sens si l'acide folique n'est pas présent en quantité suffisante.

La vitamine PP ou acide nicotinique est importante pour la respiration cellulaire des tissus.

La choline protège le foie et stimule la digestion. Elle interviendrait dans la maladie pulmonaire obstructive chronique causée par des troubles hépatiques.

La vitamine H ou biotine est nécessaire pour obtenir un beau poil lustré. Un dosage élevé pendant une période prolongée (15 mg/jour durant quelques mois, en combinaison avec la méthionine, vit. A, Vit. D3 et du calcium) a un effet bénéfique sur la qualité des sabots. Certaines substances végétales de base telles la luzerne et la farine d'herbe sont riches en biotine. Les céréales en contiennent aussi, mais ne peut être assimilée par l'animal qu'en quantités limitées. La biotine intervient dans la synthèse de la kératine qui est le composant principal de la corne. De plus, elle influe sur la quantité et la composition du ciment intercellulaire qui est déterminant pour l'élasticité de la corne du sabot. Les sabots durcissent (deviennent moins fragiles) et le processus de formation de la corne s'accélère.

La vitamine C ou acide ascorbique est nécessaire aux chevaux qui fournissent de lourds efforts ou qui se trouvent en situation de stress. Elle renforce le mécanisme de défense (la résistance aux maladies) du cheval et jouerait un rôle dans la fécondité. Elle est produite en grande quantité par le corps.

Besoins journaliers
chevaux de 500 kg
Entretien
Travail
Gestation
Lactation
Croissance
Etalon reproducteur
Vitamine A (IE)
40000
40000
70000
70000
60000
50000
Vitamine D3 (IE)
4000
6000
5000
6000
6000
5000
Vitamine E (mg)
50
1000
150
250
150
1000
Vitamine K (mg)
-
-
1
1
1
1
Vitamine B1 (mg)
-
36
24
12
12
36
Vitamine B2 (mg)
-
60
40
60
20
60
Vitamine B3 (mg)
-
72
48
72
24
72
Vitamine B6 (mg)
-
12
12
12
12
12
Vitamine B12 (mg)
-
0.12
0.12
0.12
0.12
0.2
Vitamine B15 (mg)
-
75
50
75
50
75
Foliumzuur (mg)
-
20
12
18
6
18
Vitamine PP (mg)
-
180
120
180
60
180
Choline (mg)
250
900
600
900
300
900
Biotine (mg)
-
0.5
0.5
0.5
0.5
0.5
Vitamine C (mg)
-
100
-
-
-
100
Vitamines liposolubles Vitamines hydrosoluble

Eau

L'eau est un élément très important de la nutrition du cheval. Un cheval doit toujours disposer de suffisamment d'eau potable propre. Le corps d'un cheval est constitué de 70% d'eau et évacue de l'eau par la respiration, l'urine, la transpiration, les excréments, lors de la production de lait, ... Plus le cheval perd d'eau, plus ses besoins en eau seront élevés.
L'eau doit être claire, propre et fraîche. Tant avant qu'après que le cheval se soit nourri, l'eau passe par de l'estomac directement dans l'intestin grêle. Donner une trop grande quantité d'eau froide à un cheval en sueur après un travail intensif peut provoquer la colique.

Tableau - Besoins en eau des chevaux (kg d'eau par animal par jour)

Poulains
10-15 kg
Cheval adulte travail léger
30-40 kg
Cheval adulte travail intensif
60-80 kg
Cheval adulte jument allaitante
40-60 kg
Besoin par kg matière sèche fourrage grossier
3,5 kg
Besoin par kg matière aliment concentré
3 kg

Aliments

Afin de pouvoir constituer une ration équilibrée qui satisfasse aux besoins du cheval et qu'il aimera manger, il est indispensable de connaître la valeur nutritive des aliments.

Fourrages grossiers

Les fourrages grossiers ont une haute teneur en cellulose brute et une faible teneur en énergie.
Du fait de la haute teneur en cellulose brute, le cheval doit bien macher le fourrage provoquant une salivation régulière qui favorise la digestion. Le mâchement intensif distrait le cheval de sorte qu'il acquiérera moins vite de mauvaises habitudes et les problèmes y afférant.

Herbe de pâture

L'herbe est quasiment un aliment complet pour le cheval. En métabolisme d'entretien un cheval de 500 kg peut absorber jusqu'à 10 kg de MS en herbe. Lorsqu'ils se nourrissent d'herbe jeune printanière (riche en énergie), les chevaux peuvent devenir trop gros (graisses). De plus, étant donné la haute teneur en protéines de l'herbe jeune printanière, ils vont boire et uriner excessivement. Ceci est néfaste pour les reins et le foie. Pour l'ensemencement d'une pâture pour chevaux, il est conseillé d'utiliser un mélange d'herbes (ray-grass, fétuque des prés, fléole, trèfle, ...) composé spécialement pour les chevaux. La valeur nutritive de la pâture dépend de sa composition botanique (des herbes qui y poussent). Cette composition peut changer avec le temps. Une pâture avec beaucoup d'herbes différentes offre une bonne appétence, dispose de nombreux minéraux (quantité et diversité), mais a un faible rendement. La fumure elle aussi influe sur la valeur nutritive de la pâture. Une pâture fortement fumurée contient plus de protéines et moins de cellulose brute qu'une pâture peu fumurée. De plus, le trèfle et d'autres herbes seront éliminées des espèces qui y poussent.

Foins

Le foin est de l'herbe qui est séchée jusqu'à obtenir 80% de MS, ce qui permet de le conserver. La valeur nutritive du foin est toujours inférieure à celle de l'herbe fraîche. Plus la conservation est longue, plus le foin a été retourné et plus les conditions météo sont mauvaises durant la fenaison, plus la valeur nutritive du foin baissera. Le foin est un moyen idéal pour empêcher les mauvaises habitudes (car il occupe le cheval). Il est aussi source de vitamines (Complexe B, D et E), de carotène et de minéraux. Le foin est une excellente source de cellulose brute pour les chevaux et est idéal comme complément d'aliments concentrés. Des problèmes peuvent survenir avec le foin lorsque la teneur en protéines est trop élevée (fumure trop forte), lorsqu'il est trop humide lors de la mise en balles (brunissement, moisissure) ou lorsqu'il contient trop d'impuretés (poussières). Le problème du foin contenant de la poussière peut être résolu en le macérant dans de l'eau juste avant de le servir au cheval. Le foin de trèfle et le foin de luzerne sont deux aliments riches en protéines (2x plus que le foin traditionnel). La luzerne est riche en calcium (3x plus que du foin traditionnel) et possède une teneur en carotène élevée. Servir trop fréquemment du foin de luzerne ou de trèfle peut provoquer des coliques ou des troubles du foie. Les chevaux doivent s'habituer à leur goût amer. Un assortiment d'aliments concentrés comprend des granulés de luzerne. La proportion maximum dans la ration est de 20%.

Ensilages

Pour les chevaux, ne conviennent que les ensilages préfanés d'herbe et l'ensilage de maïs avec une teneur élevée en matière sèche. Le problème que présente l'ensilage humide est son degré d'acidité élevé et souvent une forte teneur en protéines. Le mieux est de laisser sécher l'herbe pendant trois jours afin d'obtenir une teneur en matière sèche suffisamment élevée (55-60%). L'avantage du préfané par rapport au foin est qu'il ne contient pas de poussière. Le préfané présente toutefois plus de risque de moisissure (lors d'une mauvaise fermeture) et de haute teneur en protéines. De plus, la teneur en cellulose brute du préfané est inférieure à celle du foin. Ceci posera certainement des problèmes lorsqu'on sert un préfané mouillé.
Les ensilages peuvent être servis après 30 jours environ, car la fermentation par les bactéries lactiques se sera alors arrêtée. Le préfané peut aussi provoquer le botulisme, par le biais d'une bactérie vivant sur les cadavres de souris, de taupes, d'oiseaux, ... Le botulisme est pratiquement toujours fatal pour le cheval. Le milieu créé lors de l'ensilage est propice au développement de cette bactérie.
L'ensilage de maïs est très riche en énergie, mais pauvre en protéines, minéraux, oligo-éléments et vitamines. Les chevaux absorbent bien cet aliment après s'y être familiarisé. L'ensilage de maïs fait engraisser. Le gros problème de l'ensilage de maïs est le manque de carotène et de vitamine D. Il est indispensable de complémenter avec des vitamines et des minéraux pour les chevaux en croissance, les juments gestantes et allaitantes. Les teneurs de ces aliments dépendent fortement du moment de la récolte et de la fumure. En cas de récolte précoce et de forte fumure, il peut être dangereux de servir de l'ensilage préfané aux chevaux.

Racines, tubercules et produits connexes

Ces aliments sont appétissants et rafraîchissants. Dans une certaine mesure ils peuvent remplacer l'herbe. Ils ont une teneur en énergie de 800 à 1200 VEP par kg de MS, mais sont relativement pauvres en protéines et minéraux.
Les carottes, betteraves fourragères et sucrières peuvent être servies aux chevaux en quantités limitées (respectivement 1,2 à 2 kg, 3 à 4 kg et 1,5 à 2 kg par 100 kg de poids vif par jour). Ces produits doivent bien être nettoyés afin de prévenir la colique de sable.
Les betteraves contiennent beaucoup d'hydrates de carbone aisément digestibles. Comme mentionné précédemment, ces derniers peuvent provoquer la maladie du lundi suite à l'accumulation d'acide lactique. Lorsqu'on sert de la pulpe de betterave, il faut toujours veiller à ce qu'elle ait suffisamment macéré (12 heures environ, 1 kg de pulpe dans 5 l d'eau) pour éviter une occlusion intestinale.

Sous-produits de cultures agricoles

La paille de céréales, les semences d'herbe de prairie ou de papilionacées peuvent être utilisées pour nourrir les chevaux. La teneur énergétique de cette paille est faible. Celle de la paille d'orge est de +/- 10% supérieure à celle du seigle ou du froment. De plus, la paille ne contient pratiquement pas de protéines, de vitamines ou de minéraux. La paille est excellente pour l'apport de structure. Elle n'est digestible qu'en partie. L'absorption de grandes quantités de paille peut donner lieu à une occlusion intestinale.

Aliments concentrés

Les aliments concentrés se caractérisent principalement par leur faible teneur en cellulose brute et une haute teneur en matière sèche. Les aliments concentrés se subdivisent en deux groupes, à savoir les aliments simples et les aliments composés.
Les aliments composés offrent l'avantage d'être fabriqués sur mesure pour un type déterminé de cheval et de permettre une composition facile de la ration répondant aux exigences. En outre, des substances moins appétissantes peuvent y être ajoutées étant donné que l'ensemble sera encore bien absorbé par le cheval.
Certains propriétaires de chevaux préfèrent tout de même composer complètement leurs aliments eux-mêmes, et comme nous ne pouvons composer d'aliment composé répondant aux exigences de chaque cheval, nous vous donnons ci-après un aperçu des aliments concentrés simples les plus utilisés.

Matières premières pour aliments concentrés

Les céréales constituent une excellente source d'énergie pour les chevaux, mais contiennent trop peu de minéraux. L'énergie y est présente sous forme d'amidon. Il y a carence manifeste de lysine, un acide aminé essentiel. De plus, la teneur en calcium est, elle aussi, insuffisante. Le rapport Ca/P n'est que 0,1-0,25 alors qu'il doit atteindre 1,5 pour l'ensemble de la ration.

Avoine
L'avoine a un effet stimulant sur la condition physique et le métabolisme du cheval. Les amateurs de chevaux aiment utiliser l'avoine noire. D'un point de vue nutritionnel, il n'y a aucune raison de la préférer à l'avoine blanche. L'avoine noire est même un peu moins riche que l'avoine blanche et souvent un peu plus chère. La densité de l'avoine noire est légèrement supérieure à celle de l'avoine blanche. En d'autres termes, un seau d'avoine noire contiendra plus de kilos qu'un seau d'avoine blanche. L'avoine possède une teneur en énergie inférieure à celle des autres céréales, mais la teneur en protéines est légèrement supérieure et la composition des protéines est meilleure. Les glumelles de l'avoine fournissent une haute teneur en cellulose brute supérieure à celle des autres céréales. La haute teneur en graisse donne une plus belle robe. Aplatir l'avoine augmente sa digestibilité, mais réduit considérablement sa qualité durant la conservation. La ration totale ne peut contenir que 30% maximum d'avoine.

Maïs
Le maïs est la céréale avec la plus haute valeur énergétique et la plus haute teneur en graisse. La teneur en protéines est très basse et il y a carence manifeste de lysine, tryptophane, vitamines et minéraux. Le maïs peut favoriser l'apparition de la fourbure chez les chevaux. Le maïs est trop concentré. C'est pourquoi il est combiné dans la ration avec des substances volumineuses telles que le son, l'herbe ou la farine de luzerne. La ration totale ne peut contenir que 20% maximum de maïs.

Orge
L'orge se situe entre le maïs et l'avoine en ce qui concerne la teneur en énergie. L'orge possède un grain assez dur. Il est donc préférable de l'aplatir ou de le floconner. L'orge se caractérise par une haute teneur en vitamine D mais un manque de minéraux. La ration totale ne peut contenir que 30% d'orge maximum.

Froment
Le froment est très riche en énergie (cfr. maïs), mais peut provoquer la constipation. Du gluten (masse visqueuse) peut se former dans l'estomac. Le froment peut être servi sous forme de mash avec d'autres substances telles graines de lin, son et sel. Dans ce cas, l'aliment est cuit à l'eau et macère ensuite quelques heures. Ceci a un effet laxatif et bienfaisant pour les chevaux souffrant de troubles digestifs. Le froment contient beaucoup de protéines, de vitamines et de minéraux importants avec une carence en calcium. Il est conseillé de ne donner qu'une petite quantité de froment aux chevaux de sport (10% maximum) vu qu'il exerce un effet stimulant sur la condition physique et le métabolisme (heating feed), tout comme l'avoine.

Seigle
Le seigle convient moins bien en tant qu'aliment pour chevaux à cause de son effet néfaste pour le goût. De plus, il est cause d'infections cryptogamiques (recorcinol et ergot du seigle). Avant d'être distribué, le seigle doit subir un traitement thermique (floconnage). La ration totale ne peut contenir que 10% maximum

Épeautre
L'épeautre a une teneur élevée en protéines et en cellulose brute. L'épeautre est aussi la céréale avec la valeur énergétique la plus faible. Le monde équestre lui a conféré une certaine mystique. L'épeautre semble apporter un certain surplus à la ration. Ceci n'est toutefois pas prouvé scientifiquement. La ration totale ne peut contenir que 15% maximum d'épeautre.

Graines de lin
Grâce à leur teneur en acides gras insaturés et en vitamines liposolubles, les graines de lin, la farine et les granulés de lin ont un effet positif sur la croissance, la santé, la robe et la condition physique du cheval. Les substances mucilagineuses qui se libèrent lors de la cuisson de graines de lin assurent une meilleure digestion. Les graines de lin contiennent des substances toxiques (limanarine, ricine). Ces dernières sont neutralisées par le traitement thermique.

Soja
Le soja est le supplément protéiné le plus utilisé. Les protéines sont de très bonne qualité (contient beaucoup de lysine et de méthionine). Le soja est riche en vitamines B1 et B2 et devrait être servi à tous les jeunes chevaux (jusqu'à l'âge de 3 ans). Pour l'alimentation des chevaux, on utilise le grain de soja entier toasté, mais aussi le tourteau de soja et l'huile de soja qui est une très bonne source d'énergie et donne un beau poil lustré. Une teneur trop élevée de soja dans la ration peut causer la diarrhée. La ration totale ne peut contenir que 2% maximum d'huile de soja ou 10% maximum de soja en général.

Papilionacées
Les graines de papilionacées constituent une bonne source d'énergie et possèdent une haute teneur en protéines. Elles sont pauvres en calcium et en magnésium. La qualité des protéines des pois, lupins et haricots n'est pas aussi bonne que celle du soja. Il faudra familiariser progressivement les chevaux avec ces substances car elles sont difficilement digestibles, peuvent provoquer la constipation et entraîner la formation de gaz.

Son de froment
Le son de froment est riche en minéraux et en vitamines B. Le rapport Ca/P est disproportionné à cause de la très haute teneur en phosphore. De par sa haute teneur en cellulose brute et en pentosanes, il stimule la digestion et évite la diarrhée. Le son mouillé (mash) a un effet laxatif.

Germes de blé
Les germes de blé contiennent beaucoup de graisse, de protéines de bonne qualité et de vitamine E. La haute teneur en graisse fait que les germes de blé rancissent rapidement. Conséquence: la teneur en vitamine E baisse fortement car la vitamine E est un anti-oxydant. Il est préférable de servir une vitamine E synthétique protégée car elle est plus stable. La ration totale ne peut contenir que 2% maximum de germes de blé.

Mélasse
La mélasse est souvent utilisée dans les aliments composés entre autres parce qu'elle améliore le goût de l'aliment et l'appétit du cheval. La mélasse contient 50% de sucres. Elle réduit la teneur en poussière et sert de liant dans les expellers. En période chaude et humide, la mélasse peut être cause de moisissures. Une haute teneur en mélasse dans l'alimentation peut entraîner la raideur des muscles par la formation de lactate. La mélasse peut avoir un effet laxatif. La ration totale ne peut contenir que 10% maximum de mélasse..

Pulpe de betteraves
La pulpe de betteraves est un sous-produit de la fabrication du sucre à partir de betteraves sucrières. Elle est séchée et pressée en pellets (granulés). La pulpe séchée doit toujours avoir macéré suffisamment car elle se dilate excessivement lorsqu'elle est mouillée. La proportion à respecter est 1 kg de pulpe pour 7 litres d'eau. De cette manière on évitera le blocage de l’œsophage ou des ruptures d'estomac. La ration totale ne peut contenir que 7,5% maximum de pulpe de betteraves.

Levure de boulangerie et de brasserie
La levure de boulangerie et de brasserie est riche en protéines de bonne qualité ainsi qu'en vitamines B et en minéraux. Il y a toutefois manque de calcium. La levure accroît la résistance aux infections, l'assimilation des acides aminés et la digestibilité des fibres brutes. La ration totale ne peut contenir que 1% maximum de levure de brasserie.

Aliments composés

Ce type d'aliments se subdivise en deux groupe principaux, à savoir les aliments complets qui contiennent tous les éléments nutritifs indispensables à l'animal et dans les proportions requises, et les suppléments qui sont servis en complément d'autres aliments et qui achèvent la ration.
Lannoo-Martens produit des aliments concentrés de complément. Vitamines et minéraux sont ajoutés afin de couvrir l'ensemble des besoins du cheval. Le choix de l'aliment doit s'effectuer en fonction des autres constituants de la ration et des besoins du cheval. Nous y reviendrons par après.

Tableau Aliments:
Aliments
VEP/kg d'aliment
VRE/kg d'aliment
Pommes de terre
217
12
Pulp de betteraves
810-833
38-46
Haricots chauffés
894
195
Pois
951
175
Orge
958
85
Herbe de pâture
130-142
22-24
Foin d'herbe
496-547
57-89
Ensilage d'herbe
305-335
48
Farine d'herbe
667
116
Paille de semences de graminées
341
25
Avoine
836
90
Avoine décortiquée
1152
116
Aliments concentrés
Selon la composition (en moyenne 810)
selon la composition (en moyenne. 100)
Granulé de graines de lin
708
258
Foin de luzerne
464
105
Granulé de luzerne
499-576
61-138
Grain de maïs
1021
63
Fèves à cheval
942
207
Maïs fourrager
285
18
Tourteau de soja
850
409
Pousses de soja
849
382
Paille d'orge
279
8
Paille d'avoine
304
9
Paille de froment
232
7
Sucre
1329
0
Betterave sucrière
242
4
Froment
1009
96
Sons et rebulet de froment
638
117
Betterave fourragère
150
8
Racines de chicorée (tirées)
128
5
Racines de chicorée (non tirées)
170
5
Carottes
126
7

Problemes Nutritionnels

Colique

Les chevaux sont sensibles aux coliques. Tout propriétaire d'un cheval aura vraisemblablement déjà été confronté à ce phénomène. La colique n'est pas un maladie à proprement parler, mais plutôt une dénomination collective pour des troubles divers qui provoquent des douleurs abdominales d'une manière ou d'une autre. On constate immédiatement que l'animal n'est pas bien. Il se tape le ventre de la patte, observe son flanc et se couche fréquemment. En cas de colique aiguë, le cheval commence même à transpirer, à gémir et se laisse tomber. Cette colique peut être due à des erreurs alimentaires et doit être réduite à un nombre minimum de cas.
Les formes de coliques sont la colique de sable, la colique flatulente, la colique d'obstruction, la colique spasmodique et la colique due au stress.

Colique de sable

Les chevaux peuvent souffrir de la colique de sable suite à l'ingestion excessive de sable. Ceci peut se produire en servant la nourriture sur le sol, suite au nettoyage insuffisant d'aliments tels que betteraves, carottes et pommes de terre, lorsque les fourrages contiennent trop d'impuretés ou suite à une carence en minéraux que le cheval cherchera sur le sol. Le sable qui s'accumule dans le bas du ventre (côlon) peut provoquer des troubles chez le cheval. Ce dernier peuvent être sujet aux coliques, avoir une robe terne, être en mauvaise forme. Nombre de ces chevaux souffrent de cette colique après la monte ou après avoir effectué des sauts impétueux. Le sable se soulève et provoque des irritations. Les chevaux qui souffrent de la colique de sable produisent souvent des selles quelque peu aqueuses. Une quantité de sable considérable peut obstruer l'intestin qui va se dilater provoquant ainsi des douleurs aiguës. Administrer du psyllium aiderait à éliminer le sable des intestins.

Colique flatulente

L'indigestion stomacale peut survenir lors d'un mauvais rationnement ou lorsque les rations sont trop peu fréquentes. La digestion de grandes quantités d'aliment concentré rapidement digestible peut donner lieu à une fermentation dans les intestins. Celle-ci entraîne une accumulation de gaz qui va gêner le cheval. Ingérer un aliment à haute fermentation ou travailler avec un estomac plein peuvent aussi être cause de colique flatulente. Des fermentations dans l'estomac peuvent se produire lorsqu'on sert des aliments de qualité déficiente.

Colique d'obstruction

La colique d'obstruction peut se produire en cas d'alimentation unilatérale d'aliments riches en structure, certainement lorsque les aliments ne sont pas mâchés suffisamment. Ceci peut provoquer une obstruction grave du tractus gastro-intestinal. Une infection grave due à la présence de vers peut elle aussi provoquer une colique d'obstruction. Servir de l'huile de lin ou un mash peut contribuer à faire en sorte que la colique d'obstruction se produise moins rapidement puisque ces aliments ont un effet laxatif.

Colique spasmodique

Ce type de colique peut se produire suite à l'ingestion d'aliments gelés ou d'une trop grande quantité d'eau froide.

Colique due au stress

La muqueuse protectrice de la paroi stomacale fait en sorte que cette dernière n'est pas affectée par le contenu acide de l'estomac. Un stress fréquent peut causer un amincissement dangereux de cette muqueuse. Ceci peut provoquer une irritation stomacale.

Fourbure

La fourbure est une inflammation des tissus du podophylle situés entre l'os et le sabot. L'enflement qui accompagne l'inflammation ne peut se résorber du fait que la sabot est fermé de toutes parts. Les vaisseaux sanguins sont congestionnés et le sang ne circule plus. Ceci entraîne des nécroses qui vont mener à la séparation des feuillets du podophylle et de la boîte cornée. Ceci s'accompagne de douleurs aiguës pour le cheval.
Il y a de nombreuses causes à la fourbure, notamment l'ingestion excessive d'eau froide, une nourriture avariée ou moisie. Servir trop d'aliment concentré (sans y habituer le cheval) ou de grains fraîchement battus en sont des causes fréquentes. Le stress, un sévère refroidissement ou une maladie peuvent eux aussi provoquer la fourbure.

Maladie du lundi

La maladie du lundi se manifeste chez les chevaux qui n'ont pas travaillé durant un certain temps et dont le schéma nutritionnel n'a pas été modifié. Ces chevaux sont raides et préfèrent ne pas marcher. Dans certains cas cette maladie peut même être fatale. Lors du 'tying up' le travail doit reprendre très lentement car le risque de rechute est très grand. L'adaptation de l'alimentation peut empêcher un accès ultérieur. La dose d'aliment concentré pour un cheval de sport est directement proportionnelle à l'intensité du travail demandé chaque jour.

Vers

Respecter strictement le schéma de vermifugation est indispensable pour maintenir un cheval en bonne santé.
 
Exemple 1
Exemple 2
Janvier
Pyrantel
Pyrantel
Février
Ivermectine
-
Mars
-
Moxidectine
Avril
Ivermectine
-
Mai
-
-
Juin
Ivermectine
Moxidectine
Juillet
Pyrantel
Pyrantel
Août
Ivermectine
-
Septembre
-
Mocidectine
Octobre
Ivermectine
-
Novembre
Ivermectine
moxidectine
Décembre
-
-

Pyrantel = vb. horseminth, e.a.
Moxidectine = vb. equest (niet bij veulens), e.a.
Ivermectine = vb. ivomec, Eqvanlan, flurexel, e.a.